FAQ Campagne de dons

Nous menons actuellement une campagne de dons, avec le soutien de la Fondation Roi Baudouin, pour acquérir et aménager 3 hectares supplémentaires en agroécologie pour les mettre au service de l’intérêt général. Le budget total est de 200 000 €. Pour effectuer un don, ça se passe sur cette page de la Fondation Roi Baudouin – un immense merci 😀

  • 200 000€, c’est pas un peu exagéré, ça, pour 3 hectares ?

Ah ben c’est sûr qu’on aurait préféré ne pas devoir acheter ces terres à un tel prix. 45 000 € l’hectare, ce n’est pas rien ! Ces dernières décennies, le prix de la terre agricole en Belgique a explosé. Chez nous, le marché du foncier agricole n’est pas régulé : le plus offrant remporte le bien, qu’il soit agriculteur ou non. La terre agricole est devenue valeur refuge, bien de spéculation, et… quasi inaccessible à l’achat pour les agriculteurs. C’est d’ailleurs également une des raisons motivant l’achat groupé de terres au sein d’un collectif !

Aujourd’hui, 45 000 €/ha c’est énorme, mais il faut aussi se dire que si on attend, dans quelques années on sera plutôt autour des 50-60-70 000€/ha.

  • Alors, 45.000€ x 3,22 (la superficie exacte du lot qu’on acquiert)… on n’y est toujours pas aux 200 000 € !

Pas faux ! Au-delà de l’achat (avec les frais de notaire et autres frais de dossier), nous réservons une enveloppe de ~35 000 € à l’aménagement du terrain. Aujourd’hui, il est “tout nu”. Pas un arbre, pas une plante vivace (allez, peut-être un rumex ou l’autre…). C’est un sol qui a fortement souffert de cycles très intensifs de cultures conventionnelles.
Bientôt, on y trouvera : une prairie permanente clôturée, des moutons en pâture, des arbres fruitiers haute-tiges, des haies, des mares, une cabane d’observation ouverte au public, des zones d’habitat pour la faune…

  • Mais pourquoi je donnerais de l’argent pour agrandir ton jardin ? Finalement, c’est comme si je payais pour donner de la valeur à ton logement… et à ceux de tes voisins. 

Pas tout à fait. Dans l’habitat groupé, nous fonctionnons selon un système de Community Land Trust. Nous ne sommes propriétaires que de nos maisons. Pour la terre, c’est la fondation des Granges de la Gageole qui est propriétaire. De la sorte, notre fondation peut conserver ses exigences en termes d’écologie et d’intérêt général pour l’utilisation de ses terres.

Ainsi, les surfaces que vous nous aidez à acheter passeront d’un intérêt particulier en gestion conventionnelle intensive (mécanisation lourde, engrais et pesticides, pollutions) à la fondation qui, dans une approche de CLT, défend l’intérêt général et l’accès à la terre (via captation de la plus-value contre l’envolée du prix des terres et la spéculation foncière). Sa gestion permettra un impact positif direct sur la biodiversité et les différents services écosystémiques (mis en avant par la FAO) du site : services d’approvisionnement (circuit court, économie circulaire) ; services de soutien et de régulation (formation des sols, recyclage des éléments nutritifs, captation de carbone et régulation du climat, infiltration de l’eau contre les inondations…) ; services culturels (valeur éducative, pédagogique, ludique et esthétique du site, écoles à la ferme, patrimoine paysager et culturel, loisirs et écotourisme…). 

Le projet, ouvert au partage, peut présenter un important effet de levier et aider à relever le défi de la transition de l’agriculture.

  • Vous êtes 15 ménages, pourquoi vous n’achetez pas ça avec votre argent ?

À l’heure actuelle, nous ne sommes financièrement pas capables d’acquérir ces terres. En effet, notre budget collectif est déjà consommé pour l’acquisition initiale de la ferme, ainsi que les rénovations, aménagements collectifs et constructions de nos maisons (le prix des matériaux explosant en cette période). La situation en Belgique (et ailleurs) est ainsi folle à ce point : même à quinze ménages, il reste difficile d’acquérir et rénover une ferme !

L’option, signée en 2016, doit pourtant être levée maintenant – c’est une chance unique d’acquérir ces terres à ce prix !

  • Qui me dit que vous allez vraiment mettre des choses en place pour la biodiversité ? Toi je te connais mais tes voisins, je ne sais pas qui ils sont…

Nous avons toutes et tous des caractères différents dans le projet ça c’est sûr, mais nous avons un socle de valeurs communes qui ont été inscrites dans une charte. La charte nous sert à guider nos choix par rapport au projet. Si une personne de la fondation venait à faire des choix individuels qui ne respectent pas la charte, le groupe peut l’exclure du projet. Bien sûr, on est loin d’être dans ce genre de situation mais il vaut mieux prévenir que guérir 😉 Et en vrai, au-delà de la théorie, le fait est que nous sommes tous des gens cools et bien intentionnés qui veulent vraiment faire quelque chose pour la biodiversité 😉

  • Si on commence comme ça, on peut aller aider tous les agriculteurs…

C’est une vraie question de société ! L’accès à la terre est devenu un vrai problème en Belgique (et pas que), surtout pour les petits agriculteurs. Mais c’est aussi eux qui vont penser l’agriculture autrement avec des moyens plus pérennes tout en respectant leur environnement. Il y a toujours moyen de les aider, notamment via Terre en vue qui s’occupe d’aider des paysan.ne.s à avoir accès à la terre. En échange, ils te garantissent que ton argent va dans un projet nourricier qui tient compte de l’environnement. Vous pouvez faire un don ou être coopérateur – n’hésitez pas à les contacter !

  • Pourquoi vous ne faites pas un crowdfunding avec des contreparties comme on en voit souvent ?

C’est vrai, ici, il n’y a pas de contrepartie, c’est du don pur, comme nous l’impose d’ailleurs la Fondation Roi Baudouin qui nous soutient. Mais vous retoucherez une partie de l’argent : il y a une réduction d’impôt à hauteur de 45% du montant donné à partir de 40€ de don. Nous n’avons pas fait un système de crowdfunding car pour l’instant nous ne pouvons pas garantir de contreparties pour toutes et tous – ce projet étant déjà exigeant et consommateur en temps, énergie et argent, nous craignons de nous rendre esclave d’engagements que nous ne pourrions tenir !

Mais vous pourrez bien sûr venir profiter des espaces lorsqu’ils seront accessibles au grand public. Nous avons vraiment comme objectif de faire que ces hectares soient un lieu pédagogique et que l’observation de la nature ou de pratiques agricoles alternatives et inspirantes y soit possible !

  • Que ferez-vous du budget récolté si vous n’atteignez pas la somme nécessaire à l’achat de ces parcelles ? Que deviendra mon don ?

Si vraiment nous ne parvenons pas à réunir l’argent dans les temps, nous avons une solution – mais temporaire malheureusement ! – pour faire tampon et acquérir les 3 ha. De la sorte, nous procéderons de toute façon à l’achat des terres ici en 2022, urgence que nous ne pouvons pas décaler dans le temps. En revanche, la réalisation complète du projet pourra être repoussée à plus tard, en fonction de la levée de fonds.

Pas de panique donc : vos dons resteront alloués à ce projet (d’ailleurs, la Fondation Roi Baudouin y veille et ne nous libère l’argent que pour ce qui était prévu) qui verra le jour quoiqu’il arrive !

 

MERCI POUR VOTRE SOUTIEN, c’est aussi grâce à vous qu’on arrive à faire changer les choses 😀